Le site institutionnel de la Fédération Nationale de la Pêche en France

Accéder au site

generationpeche.fr – Toute l’actu de la pêche en France

Accéder au site

Trouvez les informations pêche de votre département

Accéder au site

cartedepeche.fr - Le site officiel pour obtenir la carte de pêche de votre association agréée

Accéder au site

Écrevisses

Vue générale

Voir l'image en grand FDAAPPMA77

Écrevisse à pieds blancs (Austropotamobius pallipes)

Voir l'image en grand FDAAPPMA 54Cette espèce d’Europe occidentale est à l’origine l’espèce la plus répandue en France.


Décimée par la peste de l’écrevisse, elle est aujourd’hui fortement concurrencée par l’écrevisse du Pacifique. Elle affectionne les ruisseaux de la zone à Truite aux eaux de bonne qualité, fraiches et bien oxygénées. Elle peut atteindre 13 cm et vivre près de 12 ans. On peut facilement la confondre avec l’écrevisse des torrents.

C’est une espèce « vulnérable » selon l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), et est à l’annexe III de la Convention de Berne1 et les annexes II et V de la Directive «Habitat Faune Flore2». Son habitat est protégé par l’arrêté ministériel du 21 juillet 1983.

Critères d'identification :

  • Une seule crête postorbitale
  • Rostre triangulaire
  • Bord inférieur de l’écaille lisse
  • Quelques épines sur les flancs en arrière du sillon cervical
  • Face interne des pinces blanches
  • Pinces rugueuses

Reproduction :

  • Maturité sexuelle : 2 à 3 ans
  • Nombre : 1 reproduction par an
  • Nombre d’œufs : 60 à 120

Ecrevisse américaine (Faxonius limosus)

Voir l'image en grand FDAAPPMA 54Originaire de la côte Est des Etats-Unis, elle a été introduite à la fin du 19ème siècle en Europe. Cette écrevisse est aujourd’hui la plus répandue en France.

Elle s’accommode d’une eau de qualité médiocre. L’espèce affectionne les milieux calmes à fond limoneux et le cours lent des grandes rivières, riches en végétation. Elle est porteuse saine de la peste de l’écrevisse. Celle-ci mesure en moyenne 12 cm avec une croissance très rapide et ne vit pas plus de 4 ans.

C’est une espèce « Susceptible de provoquer des déséquilibres biologiques » (article R. 432-5 du Code de l’Environnement) et son introduction est interdite dans tous types de milieu (article L. 432-10 1° alinéa du Code de l’Environnement). Elle est inscrite sur la liste des espèces exotiques envahissantes (Arrêté du 14 février 2018 relatif à la prévention de l'introduction et de la propagation des espèces animales exotiques envahissantes sur le territoire métropolitain)

Critères d'identification :

  • Rostre en forme de gouttière et aux bords parallèles
  • Tâches rougeâtres sur les segments de l’abdomen
  • Epines avant et après le sillon cervical
  • Un ergot interne sur le carpopodite

Reproduction :

  • Maturité sexuelle : 1 à 2 ans
  • Nombre : plusieurs reproductions par an
  • Nombre d’œufs : 100 à 200

Écrevisse de Louisiane (Procambarus clarkii)

Voir l'image en grand FNPF/L.MADELONOriginaire du Sud-Est des Etats-Unis. L’espèce arrive en France à partir de 1976. L’habitat naturel de cette espèce est le marécage.

Elle s’adapte parfaitement dans tous les plans d’eau où elle creuse de profonds terriers dans les digues et les berges. Cette écrevisse est capable de résister à des conditions extrêmes (manque d’eau, carence en oxygène). Elle est porteuse saine de la peste de l’écrevisse.

L’écrevisse de Louisiane peut atteindre 15 cm avec une croissance très rapide et ne vit pas plus de 3 ans.

C’est une espèce « susceptible de provoquer des déséquilibres biologiques » (article R. 432-5 du Code de l’Environnement) et ne fait pas partie de la liste des espèces représentées en France (AM du 17 décembre 1985). L’introduction est interdite dans tous types de milieu (article L. 432-10, 1° et 2° alinéa du Code de l’Environnement). L’importation, le transport et la commercialisation de spécimens vivants sont interdits (AM modifié du 21 juillet 1983). Elle est inscrite sur la liste des espèces exotiques envahissantes (Arrêté du 14 février 2018 relatif à la prévention de l'introduction et de la propagation des espèces animales exotiques envahissantes sur le territoire métropolitain).

Critères d'identification :

  • Rostre aux bords convergents
  • Sillons branchiocardiaques se rejoignant en un point
  • Un ou deux ergots internes sur le carpopodite
  • Aspérités sur le céphalothorax
  • Tubercules rouges sur les pinces

Reproduction :

  • Maturité sexuelle : 6 mois
  • Nombre : plusieurs reproductions par an
  • Nombre d’œufs : 50 à 600

Écrevisse signal (Pacifastacus leniusculus)

Voir l'image en grand FDAAPPMA77Cette écrevisse est originaire de la côte ouest des Etats-Unis. Elle arrive en France au cours des années 70, par l’intermédiaire d’essais d’élevage, dont elle s’échappe et colonise de nombreux milieux. On la rencontre aussi bien dans les ruisseaux de la zone à Truite que dans les lacs et étangs aux eaux de bonne qualité. Elle est porteuse saine de la peste de l’écrevisse. Elle mesure au maximum 18 cm et vit
environ 10 ans. C’est une espèce « susceptible de provoquer des déséquilibres biologiques » (article R. 432-5 du Code de l’Environnement), son introduction est interdite dans tous types de milieu (article L. 432-10 1° alinéa du Code de l’Environnement). Elle est inscrite sur la liste des espèces exotiques envahissantes (Arrêté du 14 février 2018 relatif à la prévention de l'introduction et de la propagation des espèces animales exotiques envahissantes sur le territoire métropolitain)

Critères d'identification :

  • Deux crêtes postorbitales
  • Rostre aux bords parallèles
  • Tâche blanche ou bleutée à la commissure des pinces
  • Face interne des pinces, lisse et rouge
  • Céphalothorax lisse

Reproduction :

  • Maturité sexuelle : 1 à 2 ans
  • Nombre : 1 reproduction par an
  • Nombre d’œufs : 150 à 400

La Peste de l'écrevisse

Les populations d’écrevisses à pattes blanches ont pratiquement disparu en Seine-et-Marne. Le peu d’individus restant doit faire l’objet de toutes nos attentions.

Une des principales causes de disparition des écrevisses autochtones est l’introduction d’écrevisses exotiques, par compétition pour l’habitat mais également par contamination : les écrevisses exotiques sont ainsi porteuses saines de maladies foudroyantes pour les écrevisses autochtones, dont la « peste de l’écrevisse ».

La peste de l’écrevisse est provoquée par un oomycète, Aphanomyces astaci (proche des champignons) capable de détruire en quelques semaines seulement des populations entières. Affaiblies, elles sortent de l’eau, une membrane blanche apparait sur leurs yeux, leurs articulations, jusqu’à la mort des sujets.

Les bactéries, virus, champignons présents sur les écrevisses exotiques peuvent être véhiculés d’un cours d’eau à un autre par l’homme, via ses bottes et tout autre matériel en contact avec de l’eau ou des sédiments contaminés.